Ecriture

Apprendre à écrire n’importe où et n’importe quand ?

Je ne sais pas vous, mais au début, je n’arrivais pas à lire dans un lieu bruyant, j’avais besoin de calme, d’un endroit confortable, et surtout que personne ne me dérange. Lire pendant 5 minutes c’était inconcevable, j’avais besoin de savoir que j’avais au moins une heure devant moi pour me poser pour lire. Puis je me suis rendu compte qu’en réalité tout était une question d’habitude et d’entrainement. Oui, lire est un entrainement. Avec la vie active, et mon emploi du temps qui devenait de plus en plus difficile à gérer, je ne pouvais plus lire autant qu’avant, et j’ai dû m’adapter.

C’est comme ça que progressivement je me suis mise à lire dans des lieux publics, parfois bruyants, ou très bruyants, pendant 20 minutes, 10 minutes, ou même 5 minutes. Je lisais à ce moment-là majoritairement sur liseuse électronique, puis je me suis rendu compte que l’objet que j’avais toujours dans la poche c’était mon iPhone, et que si je voulais lire encore plus, il fallait que je m’adapte à cela aussi. J’ai donc appris à lire sur mon téléphone. Pas occasionnellement, non, très souvent. À présent je peux lire en marchant, sur n’importe quel support, et même pendant une petite minute. Je grappille du temps partout où je le peux, car malheureusement je ne peux plus me poser pendant une heure pour lire.

Écrire c’était un peu la même chose. Au début impossible d’écrire si je n’étais pas seule, en plein milieu de la nuit, avec une musique d’ambiance pour m’immerger dans l’histoire, et avec aucune pression de temps devant moi. Mais du coup je n’écrivais pas beaucoup, et c’était très frustrant. Même si je ne suis pas encore arrivé à la même facilité que pour la lecture, je me suis progressivement obligé à me défaire de mon confort. Aujourd’hui je peux écrire sur mon téléphone dans le métro, c’est pratique quand une idée pointe le bout de son nez, ça m’évite de l’oublier et je peux ainsi l’écrire quand elle est encore nette dans ma mémoire. Mais surtout le quotidien, les passants, les personnes dans le métro, ça m’inspire, ça me donne constamment des idées. Je me laisse ballotter par le mouvement, j’observe, je réfléchis, j’imagine des tas de scénarios c’est inspirant. Mais je reste malgré tout une écrivaine de la nuit, j’aime l’obscurité, les longues heures silencieuses ou tout le monde dort, et ou le temps semble comme suspendu.

 

 

MAIS ALORS COMMENT JE SUIS ARRIVÉE À ME DÉFAIRE DE MON CONFORT ? EST-CE QUE ÇA A ÉTÉ FACILE ?

 

Oui et non. Disons que lorsque vous vous retrouvez au pied du mur, à devoir choisir entre lire ou plus lire, écrire ou ne plus écrire, car le temps vous manque, vous vous efforcez à trouver une solution. Quand vous arrivez au stade ou vous savez qu’il n’y en a pas d’autres, c’est plus facile de faire l’effort de s’y plier et de s’adapter.

En réalité c’est simplement progressif. Il n’y a rien de difficile. Au début je ne notais que des idées, ce n’était que quelques lignes, voir simplement des mots clefs qui me permettait par la suite de retrouver ce à quoi je pensais. Puis progressivement quand j’en notais de plus en plus, naturellement je me suis mise à écrire les dialogues. C’est plus facile que le reste, c’est comme écrire des SMS, on fait partie d’une génération ou ça nous vient presque naturellement. Puis de fil en aiguille, ce sont rajoutés les incises dans les dialogues puis les descriptions et enfin les émotions des personnages. C’est comme ça que je me suis retrouvé à écrire parfois des chapitres entiers sur mon téléphone.

Ca ne s’est pas fait du jour au lendemain, ça s’est opéré sur plusieurs mois. Mais aujourd’hui je ressens une incroyable liberté de ne plus me sentir cloisonner à un seul endroit pour écrire. C’est vrai que ça donne envie, un lieu, un cocon bien à soi pour se plonger dans son histoire, quand j’en parle, je pense, directement au cabinet des curiosités de Maxime Chattam. C’est un endroit très inspirant, et qui doit avoir de nombreuses vertus sur l’inspiration et le confort d’écriture.

 

MAIS JE ME DEMANDE SI ON NE DEVIENT FINALEMENT PAS PRISONNIER DE CETTE MANIÈRE-LÀ ?

 

Aujourd’hui j’écris partout, aussi bien sur mon ordinateur dans le train, que sur mon téléphone dans le métro ou pendant une pause au boulot. Même si mon lieu préféré reste chez moi, sur mon ordinateur portable, sous un plaid chaud, avec une lumière tamisée voir dans le noir complet, avec une playlist qui tourne en boucle, je me sens bien de me dire que rien ne me retient pour continuer d’écrire mon histoire le lendemain sur le chemin du boulot.

 

JE SUIS CURIEUSE, AVEZ-VOUS BESOIN D’UN CONFORT PARTICULIER POUR ÉCRIRE ?

 

Blogueuse et YouTubeuse, j'étais une sims dans une autre vie, je souhaite me réincarner en Zombie après ma mort. Actuellement ? Je travaille à Poudlard, oui je sais, c'est cool !

Leave a Comment

Comments (58)

  1. Coucou Nine !
    Alors premièrement, merci pour cet article ! Je le trouve très intéressant!
    Personnellement je lis de moins en moins et j’écris de moins en moins dû au lycée du coup ça me frustre un petit peu car j’adore ça. Mais sinon quand j’ai le temps d’écrire ou de lire je le fais généralement tard le soir car personne peut venir dans ma chambre! Je suis seule avec moi-même et seule avec mes idées. Evidemment je mets une petite musique d’ambiance pour bien me mettre dans la situation.
    Quand j’ai des idées je les note souvent dans mon notebook et non sur mon téléphone tout simplement parce que, me connaissant, je vais totalement oublié que j’ai écrit un truc dans mes notes alors qu’avec un notebook je m’en souviendrai!

    Encore merci pour cet article et ces conseils !
    Des bisous,
    Marie x

    1. J’ai toujours rapidement trop de choses à écrire que je préfère du coup le téléphone par la suite je peux transférer sur l’ordinateur ce que j’ai écris et je trouve ça plus pratique, mais le plus important c’est de trouver la méthode qui nous convient J’espère que tu arriveras à trouver plus de temps pour t’épanouir dans l’écriture ^^

  2. Hello Nine 🙂

    Pour ma part, j’ai toujours préféré (comme toi), le confort de ma maison, la chaleur de celle-ci et l’ambiance qui règne avec ! Mais voilà, j’ai rencontré le même problème que toi, l’emploi du temps !

    Maman de deux petits garçons, le calme et la solitude sont devenus …. casi inexistant, je peux le dire 😀

    Du coup, je me suis adapté aussi, je grappille, tout comme toi, quelques minutes par-ci, par-là ! En cuisinant, en mangeant, en jouant aussi (oui oui, c’est possible !) etc !
    Par contre, je ne suis pas encore passé au mode lecture électronique … Je fais partie de ces grands malades qui préfèrent encore le stylo au clavier (pour l’écriture à proprement parlé) et le bon vieux bouquin usé à la liseuse … ! Un conseil à me donner pour me donner l’envie de faire l’effort à lire électroniquement parlant ? ^^

    P-S : Ton article est super ! Je rejoins ton avis quand au faites que finalement, on finit toujours par s’adapter …. tels des enfants … 🙂

    1. Bonjour Nella,

      Je me permets de répondre à ton commentaire en espérant que cela ne gêne ni Nine, ni toi ^^’… Si c’est le cas, je m’excuse d’avance. Mais étant une grande lectrice sur liseuse (même si je lis encore pas mal sur papier), je peux dire qu’il faut la tester pour se rendre compte de son utilité. Au départ j’étais vraiment sceptique… je me disais que les « vrais » livres étaient sur papier. Puis je m’y suis mis, on m’en a acheté une et depuis je ne la quitte plus. Légère, je peux la transporter partout sans soucis. En un clic, je la mets en veille (ce qui est pratique lorsqu’on doit parfois interrompre sa lecture brutalement). Je peux aussi y mettre énormément de livres et même si j’adore le papier, la qualité d’affichage m’a conquise.
      Je ne pense pas que les livres papiers doivent être et seront un jour supplantés par les liseuses, je pense que les deux sont au contraires complémentaires.

      Léa.

      1. Coucou Léa 🙂

        Ta réponse ne me gêne pas du tout, au contraire ^^

        La complémentarité, oui, je dois dire que c’est le mot juste et je t’assure que j’aimerais y arriver, je pense que c’est une question de temps aussi 🙂 Je n’ai pas encore de liseuse, parfois, j’y songe mais je suis très réticente, je dois l’avouer ^^

        Je crois que je trouve le côté « écran » un peu froid par rapport à un livre, la beauté de la couverture, le plaisir de tourner les pages, le plaisir d’avoir un chouette marque-page aussi 😀

        A voir dans l’avenir si je finirais par m’y résoudre ^^

        Nella

  3. Comme je n’écris pas encore je ne vais pouvoir partager mon expérience sur ce sujet ^^ … par contre ce que tu dis s’applique effectivement à la façon dont je lis. Même si j’ai la chance (ou peut être pas en fait) de passer beaucoup de temps dans les transports en commun… je lis partout, 1 min ou même 5 min ! C’est d’ailleurs pour ça que ma KOBO me suit partout. Je lis même en marchant, c’est une habitude et je ne me prends presque plus rien ah ah. Non plus sérieusement, c’est vrai qu’en prenant l’habitude, on change notre manière de fonctionner et c’est tant mieux. On s’adapte pour pouvoir continuer à vivre cette passion.

  4. Je t’envie tellement d’avoir l’inspiration pour écrire ! Il y a quatre/cinq ans de cela j’écrivais tout le temps, des textes en tout genre sur mes émotions, ma vie d’adolescente. Mais depuis quelques années ma plume semble s’être envolé et je n’arrive plus à écrire alors que je désire plus que tout écrire. J’ai un univers bien à moi, enfoui à l’intérieur de mon imaginaire mais dès que je souhaite vouloir le retranscrire à l’écrit les idées me manquent et c’est le syndrome de la page blanche qui prend le dessus. Je me décourage et reporte au lendemain et au surlendemain je moment où j’essaierai vraiment d’écrire.

    1. J’ai eu un long moment sans écrire tu sais, et j’avais aussi l’impression que cette frénésie d’écrire et cette inspiration que j’avais à l’adolescence était perdue à tout jamais, puis je m’y suis simplement remise, me forçant un peu au début, et ensuite c’est allé tout seul ! Tente tu verras, je suis sûre que tu seras surprise du résultat 🙂

      1. J’essai mais chaque fois au bout d’un moment je me retrouve bloquée à ne pas savoir comment continuer le début d’intrigue que je viens d’écrire. C’est assez frustrant d’avoir l’idée globale de l’histoire sans réussir à la développer malgré les nombreuses versions de « début » que je peux avoir déjà rédigé !

  5. Salut, salut, Nine !
    Moi aussi, le téléphone m’a sauvé, en quelques sortes. J’ai pu terminer mon premier roman (et un bon pavé qui plus est) grâce à mon smartphone. Je dois avoir écrit la moitié de ce premier tome grâce à mon application Word pour smartphone. Les temps changent, les moyens aussi, profitons-en ! <3

  6. Salut Nine,

    Très chouette billet ! Je t’envie… Je suis incapable d’écrire partout et sur n’importe quel support !
    Je préfère un ordinateur et un endroit calme et surtout… PAS D’YEUX INDISCRETS ! Je n’écris que rarement chez moi car mon conjoint est toujours dans les parages, à venir lire sur mon épaule. Pareil au boulot : j’ai essayé de remplacer les pauses café par des pauses d’écriture rapide, mais à chaque fois les collègues sont là pour demander ce que je fais et pourquoi je ne viens pas avec eux.
    Bref, pas facile de trouver un environnement qui me convient. J’espère trouver l’astuce qui me permettra d’écrire régulièrement, car depuis avril (camp Nanowrimo), j’ai complètement laissé mon histoire de côté 🙁

    Hâte de lire d’autres articles,
    Bises,
    Margaux

    1. Je n’aime pas non plus qu’on lise par dessus mon épaule, au delà du fait que c’est gênant, je trouve ça très impoli ^^’ Mais quand c’est des inconnus j’ai appris à en avoir rien à faire, dans le métro je n’ai plus peur qu’on lise ce que j’écris. Par contre à la maison, interdiction de lire par dessus mon épaule XD Comme quoi, chacun ses petits rituels Je te souhaite de trouver la bonne méthode qui te conviendra ! Bon courage ! Bises

    2. Salut,
      Moi aussi j’adore écrire mais j’ai un vrai problème avec les gens qui regardent pardessus mon épaule. Autant mon copain a compris que même sans avoir honte de ce que j’écris cela me gêne profondément. Autant du côté de ma famille c’est une autre paire de manches, mes frères adorent savoir ce que j’écris ou lis et c’est pour moi un véritable enfer alors que l’écriture et la lecture m’ont sauvé quand ça n’allait pas. Du coup j’ai pris l’habitude de ne pouvoir écrire que deux soir par semaine quand je suis chez mon copain.
      Essaye toi aussi d’expliquer à ton conjoint que cela te dérange profondément, il comprendra sûrement et te laissera le temps d’écrire tranquillement.

  7. Hey!
    J’ai pris l’habitude d’écrire chez moi, que ce soit dans ma chambre, dans le salon ou la salle de bain. Avec du monde ou pas, cela ne me dérange pas mais sortie de la maison, je n’y arrive plus.
    J’ai pourtant essayé, dans les transports ou dans la rue mais j’ai toujours peur que quelqu’un lise par dessus mon épaule. J’assume le fait d’écrire une fiction, je n’aime simplement pas que des curieux lisent ce que j’écris.
    Merci pour cet article!

    1. Dis toi que la probabilité de recroiser ces personnes est quasi nulle 🙂 En faite il faut juste apprendre à se placer comme un spectateur et non pas acteur, et à partir de là, tu fais totalement abstraction qu’on puisse lire par dessus ton épaule 🙂

  8. Salut Nine, très sympa comme article. 🙂

    Pour ma part je suis très frustré niveau de l’écriture en ce moment, ma tête bourdonne d’idée dans les moments où je ne peux tout bonnement pas les écrire : sur mon vélo en train de bosser (je suis facteur) ou en voiture en train de conduire, mais une fois arrivé à la maison et les tâches quotidiennes accomplies, que je me pose sur mon scrinever : ma tête est vide.

    Et puis même m’arrêter dans ce que je fais pour prendre quelques notes relève de l’exploit, j’ai de gros doigt et je ne suis pas très doué avec pour taper des phrases entières sur mon smartphone..

    En dehors de ce petit passage à vide quand j’arrive à écrire il faut que je sois seul, sans aucun bruit autour de moi et il ne faut surtout pas m’adresser la parole ni même me regarder.

    Assez étrangement quand j’étais en vacances en septembre c’était l’inverse j’ai eu un gros pic d’inspiration et j’écrivais tous les jours presque 3h par jour au bord de la piscine sur mon transat à côté de ma femme, et quand j’étais seul dans la chambre en train de recharger le PC portable rien ne venait.

    Je me demande si je suis juste bizarre ou si c’est commun ce qui m’arrive!

    1. Bon j’aurais dû me relire avant de poster « il faut que je sois seul… » et « il ne faut pas m’adresser la parole… » il faut que je précise que j’arrive à écrire en présence de ma femme sous les conditions du dessus, mais si il y a qui que ce soit d’autre c’est impossible!

    2. On ne peut pas dicter l’inspiration malheureusement, juste la solliciter, c’est pourquoi j’écris même quand je suis pas chez moi, car si l’inspiration pointe son nez, je ne veux surtout pas la laisser filer 🙂 C’est probablement ce qu’il s’est passé pour toi pendant tes vacances ! Je te souhaite en tout cas de trouver ton rythme, et des moments propices pour écrire !

      1. Parfois je me dis que ce qui me sauverait c’est une plume à papotte et du papier qui lévitent en permanence autour de moi !

        Merci pour tes encouragements en tous cas 😉

  9. Difficile dans l’agitation pour moi. Peut-être même encore plus qu’avant ; parce que je suis encore plus facilement sur les nerfs depuis environ 2ans qu’avant et que je ne supporte plus de ne jamais être tout à fait tranquille dans cette maison parce que j’absorbe trop les mauvaises ondes qui y règnent. C’est probablement en partie ce pourquoi j’ai un rythme de lecture bien plus lent qu’en 2014, j’ai plus de mal à me concentrer et donc moins l’envie. Parfois je me force mais j’essaie d’éviter parce que je préfère que ça reste un plaisir plutôt qu’une contrainte. D’ailleurs en 2015 je culpabilisais pas mal de lire moins, là en 2016 je m’en suis moins préoccupée et c’est plus sain même si j’espère quand même que 2017 sera plus productif à ce niveau.

    Par contre maintenant j’ai parfois plus de facilité à lire avec de la musique dans les oreilles que dans le silence total, que je pensais pourtant préférer. Peut-être parce que ça me coupe davantage du monde et que je n’y entends pas les bruits parasites de la maison ni les conversations qui pourraient vite m’énerver ou m’angoisser. Mais j’évite les chansons, plutôt les bandes originales de films ou des musiques trouvées sur youtube par hasard sans chant ou alors pas plus que des choeurs parce qu’autrement j’aurais plus tendance à me focaliser sur ce que j’écoute que sur ce que je lis (surtout si c’est en français).

    A la fac je suis certaine d’être parfois passée pour une asociale mais ça me faisait du bien pendant les pauses entre des cours intensifs de me couper de tout le monde en me plongeant dans un bouquin (que ce soit dans l’amphi ou à la BU ou dehors au soleil) plutôt que de participer à des conversations qui ne m’intéressaient pas ou aller manger en ville. Surtout qu’après j’étais comme requinquée, plus sereine, de meilleure humeur et plus motivée pour le cours suivant et donc plus apte à sourire et discuter 🙂 et plus patiente que la journée se termine aussi haha

    Tu me fais penser que quand j’étais plus jeune (environ 12 ans) j’écrivais quelques poèmes et c’est très souvent que l’inspiration me prenait comme ça en pleine nuit alors que j’étais dans mon lit et avais éteint la lumière. Du coup je me levais discrétos pour écrire haha Et quand j’écris aujourd’hui pour me libérer c’est assez fréquent que le soir et même la nuit quand tout le monde dort j’y arrive mieux que pendant la journée. Je dirais même que ça me soulage avant de dormir parce que si je me couche avec des pensées et sensations indésirables tu peux être sûre que je dors très mal. Et là encore, et même bien davantage que pour la lecture, j’ai toujours ma musique dans les écouteurs (mieux que par le haut parleur de mon ordi car le son est plus proche et me coupe davantage de ce qui se passe autour, comme si j’étais « dedans » même si je sais que c’est pas top pour les tympans), ça m’aide carrément. Je me suis d’ailleurs fait une petite playlist sur youtube mais j’ai toujours la crainte de me lasser de musiques que j’aime énormément à force de toujours écouter les mêmes donc j’essaie de faire des trouvailles mais c’est pas toujours simple ! D’ailleurs je dois passer pour une grosse dépressive parce que c’est toujours les plus mélancoliques et remplies de violons qui me touchent le plus haha mais ça a toujours été le cas, pour les films également (demandes à Émilie de te parler de Hatchi par exemple, les larmes sont inévitables !) et probablement les livres aussi (je ne me lasserai jamais de Roméo et Juliette alors que plus tragique c’est difficile à trouver !)

    Désolée pour mon pavé c’était pas prévu xD Bisouuus <3

    1. Merci pour ce long pavé, c’était un plaisir de te lire ! J’adore aussi les chansons mélancolique, avec du violon, ou mieux du violoncelle ! Je trouve que c’est là ou on ressent le plus d’émotions 🙂 Je te souhaite d’arriver à retrouver une certaine paix intérieure, et à réussir à retrouver ton rythme de lecture 🙂 Des bisous ma belle <3

      1. ah oui, complètement d’accord, je rêve depuis longtemps de savoir jouer du violoncelle, un jour peut-être ! et quand j’étais petite je voulais faire de la harpe (pas plus simple tu sais), probablement en partie à cause d’un dessin animé sur la petite sirène mais qui est tout à fait fidèle au vrai conte donc rien à voir avec le Disney puisque je finissais en larmes à chaque fois ! En ce moment j’ai envie de tenter le ukulélé toute seule, rien à voir haha ma maman est pianiste 🙂 j’aime beaucoup mais c’est pas l’instrument qui me parle le plus. Merci beaucoup Nine ! <3 Promis j'irai sur wattpad lire ton histoire bientôt ! Je vais essayer d'arrêter de toujours tout repousser à plus tard.

  10. J’ai commencé à vraiment lire dans les transports en commun. J’avais 1h de trajet matin et soir pour aller au lycée, pendant 6 ans (bah voui, BEP, Bac pro, BTS) donc j’en profitais pour lire à ce moment là. Bercée par le brouhaha, avec le radiateur du bus sous les pieds, j’étais bien ! J’ai même du mal à lire chez moi, sans bruit, comme si ma concentration avait besoin d’être accrochée à un bruit ambiant.

    Pour écrire, je ne sais pas vraiment, je n’ai jamais osé. Mais c’est vrai que rien pour les articles du blog, parfois je pense à certaines idées, des billets « humeur » et sur le moment je me sens frustrée de ne pas pouvoir écrire… Je vais peut être essayée de faire comme toi, petit à petit, noter quelques idées sur mon téléphone. A tester ! 🙂

    1. Les transports en commun pour lire c’est la vie ! J’adore ça maintenant ! Pour l’écriture, je te souhaite de trouver ton compte également, je suis sûre que tu y prendras goût au même titre que la lecture 😛

  11. Le téléphone, c’est la vie ! J’ai fait un demi nanowrimo en écrivant exclusivement sur mon tel et dans le métro. Par contre, j’ai développé un genre de syndrome : j’écris bcp mieux dans le métro qu’ailleurs ! Obligée de m’y créer une bulle de concentration très dense, je suis totalement immergée et ne décolle pas de mes 30 min de trajet.
    Ce qui est très loin de m’arriver quand je suis tranquillement installée à mon bureau haha Comme quoi la concentration est une donnée très importante pour écrire. Savoir la provoquer, s’immerger dans le flow, c’est aussi très précieux et ça se travaille 🙂 Merci pour ce partage ! Et bonne écriture, sous le plaid ou ailleurs 😉

    1. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à adorer écrire dans le métro ! Je trouve ça tellement inspirant ! En plus ma station de départ est la première de la ligne, donc je suis sûre d’avoir une place assise, c’est juste le must !

  12. Bonjour Nine
    Je fais partie des lecteurs silencieux comme tu les appelles dans ton premier article ^^ » pas que je ne veuille pas échanger, ayant moi même une chaîne YouTube mais n’étant pas a l’aise a l’écrit, j’ai énormément de mal à exprimé mon avis et encore pire par ecrit..
    Mais cette année sera sous le thème du changement pour moi!
    Ton article me parle, j’ai tjs eu besoin d’être au calme pour lire et installé douillettement dans mon canapé ou lit, mais pas plus tard qu’hier j’ai du faire face à un obstacle (mon copain qui regardait la tele ) j’ai du mettre quelques minutes avant d’arriver a me concentrer mais j’y suis enfin arrivé et ma lecture a suivi son cours naturellement, bon le fait qu’il regardait un truc qui ne m’intéressait pas à jouer son role sinon mes oreilles auraient été trop attentive au son
    Donc un petit progrès pour ma part!! Au plaisir de lire ton prochain article bonne journée

  13. J’avoue que je lis mieux chez moi, dans mon lit avec pour seule lumière ma petite lampe de chevet :3 et puis emporter mes livres dans mon sac … j’aurais trop peur de les abîmer ! Cependant, depuis que j’ai découvert wattpad je dois dire que je lis un peu n’importe où et n’importe quand 😉
    Quant à l’écriture… j’écris partout et à n’importe quel moment ! Au contraire j’ai plus de mal à me poser à mon bureau, ouvrir mon ordi et écrire. J’aime le fait que mon écriture soit un peu « nomade », pouvoir écrire dans les transports c’est fabuleux, parfois je marche juste dans les rues, les doigts congelés à force d’écrire !
    Je pense que chacun a ses petites habitudes de lecture/d’écriture et que cela dépend aussi de ce qu’on lit/écrit.

    Ravie d’avoir ton avis là dessus.
    Au plaisir de te lire <3

      1. Haha c’est de l’entrainement ! Au début je me prenais des poteaux, des gens et ça m’ai même arrivé de tomber haha !

        Et bien non en fait :/ je suis trèèèèèèèèès attachée à mes livres et je considère qu’avant d’être une histoire c’est un objet et rien ne me rend plus heureuse que de voir une bibliothèque bien remplie 😀 je sais que ma mère a reçu une liseuse pour son anniversaire et maintenant elle ne la quitte plus ! Mais moi j’ai encore quelques réticences, d’ailleurs, pour prendre l’exemple du Pacte Sanguinaire, je le lis sur cette plateforme parce qu’il n’est disponible uniquement sur wattpad mais si j’avais eu le choix entre acheter le livre et acheter l’e-book, sans hésiter le livre aurait pris le dessus !
        Ça peut paraître bête mais si je veux lire un livre et que celui ci est disponible format papier, ni une ni deux je le prend !

        Un jour peut être je passerais de l’autre coté… qui sait ? mais pour l’instant je reste à commander pour Noël la nouvelle édition des Harry Potter 😉

  14. Waow ton article me parle vraiment ! Moi je suis toujours au stade plaid + obscurité + musique, après avoir beaucoup écrit… en cours! (je sais c’est pas bien mais c’est quand même mon pic de productivité)
    Je n’arrive ni à lire ni à écrire sur mon téléphone, écran trop petit, yeux sensibles etc. Ce n’est pas trop pénible de devoir tout recopier à chaque fois sur un autre support?
    As-tu commencé à écrire à la main ou sur ordi? Et as-tu une préférence?
    Des bisous et merci pour cet article!!
    Noéline

    1. Hello Noëline !

      Alors je n’ai pas besoin de recopier, j’envoi juste mes notes par mail sur mon ordinateur, & après un simple copié collé et le tour est joué 🙂 J’ai commencé sur l’ordinateur, mes idées viennent trop rapidement, écrire à la main ça me ralenti beaucoup trop et ça me perturbe 😛

      Des bisous, & merci pour ton commentaire 😀

  15. Bonjour !

    Il peut m’arriver parfois d’écrire dans le salon avec mon entourage et la télé allumée, mais ce n’est pas très souvent. J’aime prendre mon temps (et heureusement pour moi, j’en ai !) et avoir une ambiance particulière pour écrire. Écrire dans ma chambre me donne l’impression que tout est possible, comme une incitation au voyage dans mon roman. Musique instrumentale ou pas, j’aime écrire dans ma chambre qui est aussi mon bureau. Et puis j’ai toutes mes marques et mes carnets, notes ou dossiers dans cette pièce. Lorsque je dois partir pour une autre pièce, je dois toujours déplacer beaucoup de dossiers et de carnets donc c’est assez compliqué !

    Je ne sais pas si pourrais écrire avec beaucoup de monde autour de moi, car l’écriture est pour moi une véritable introspection, mais comme tu le dis, quand on en arrive à ne plus avoir le temps, il faut parfois créer ses solutions, n’en déplaise à notre confort et à nos habitudes !

    En tout cas, je vais suivre ton blog de près, hâte de découvrir tes prochains articles !

  16. Bonjour Nine,
    Je me demandais: quelles applications utilises-tu pour écrire et faciliter le liens entre tes divers appareils? Après avoir écrit sur ton téléphone, passes-tu beaucoup de temps en réécriture sur ton ordi ou est-ce que le résultat est déjà pas mal final ?

    En passant, super article! J’ai hâte de voir la suite de tes aventures dans le merveilleux monde de l’écriture 🙂

  17. Super article !
    Avant je pensais lire que le soir, pendant au moins 30min mais depuis plusieurs mois je cumule mon BTS ainsi qu’un travail à plein temps, mon blog et ma vie perso du coup, lire devenait mission impossible, du coup j’ai pris l’habitude de lire pendant mes pauses même si ce n’est que 5 minutes, ce qui me permet d’avancer dans mes lectures.
    Par contre pour le bruit ça je n’y arrive pas totalement, des fois ça va, d’autres je me rends compte qu’il faut que je relise le passage. Je compte travailler dessus ^^
    Pour écrire par contre pour le moment c’est très irrégulier, car j’aime savoir que j’ai du temps devant moi (ce qui est très rare) et j’aime être dans mon lit pour ça.
    Par contre je suis comme toi, j’ai des musiques de prédilection pour écrire 🙂

    Bonne soirée

  18. Coucou Nine ! Super article, très intéressant !
    Perso, je note mes idées pour mon roman dans un petit carnet parfois, mais également sur mon téléphone…
    Pour écrire ? Je me pose tranquillement dans mon lit, dans le salon ( mais rarement car il y a pas mal de bruit généralement ) ou dans mon fauteuil. Pas question pour moi d’avoir du bruit autour ou d’être inconfortablement installée. Eh oui, c’est comme ca. Je suis d’accord sur le faut qu’il faut savoir s’adapter mais mon cerveau préfère marcher dans ces conditions. Après, je suis totalement ouverte et je pense qu’il faut savoir le faire partout …
    Mais tu vois, pour lire c’est totalement différent ! Je peux lire PARTOUT , c’est incroyable, meme en marchant . Par contre je ne pourrais jamais me detacher de mes merveilleux livres ! Haha

    En tout cas merci d’avoir partagé tout ca ! Bonne continuation❤

  19. Coucou Nine !

    Comme toi, j’ai commencé à lire et à écrire dans la tranquillité et le confort de ma maison. Avant, j’avais tout le temps de faire cela chez moi. Alors, pourquoi faire autrement ?

    Avec le début de ma vie active, il a fallut que je repense mon emploi du temps. Entre temps, d’autres loisirs s’étaient greffés à la lecture et l’écriture, ce qui complexifiait l’organisation. J’étais ultra motivée pour reprendre sérieusement tout ces loisirs, après une pause forcée de quelques années pour mes études.
    Et surtout, j’avais une idée en tête : je n’avais plus envie de passer plusieurs mois sans écrire ou lire et de continuer de dire avec frustration « Ah, j’aimerais bien me remettre à lire/écrire ! « . Si je le voulais vraiment, il fallait que je m’en donne les moyens.

    C’est pour ça que j’ai commencé à lire et écrire hors de chez moi, dès qu’une occasion se présentait. Dans les transports pour aller au travail, dès que j’ai une pause, même si c’est juste pour écrire une ou deux phrases.
    Finalement, ça s’est fait plutôt naturellement. J’avais déjà l’habitude de dérouler dans ma tête des scènes, des dialogues ou descriptions de mon livre, les yeux posés sur le paysage défilant. Là, au lieu d’attendre d’être chez moi pour écrire tout cela, je le note directement sur le carnet qui ne quitte jamais mon sac à main et dédié spécialement à mes morceaux d’écrits.
    Au début, c’est quand même difficile, il faut de la discipline, et après quelques temps, c’est presque un rituel matinal de s’asseoir, sortir stylo et carnet et de continuer à écrire ce qu’on a laissé la veille pour dormir.

    Je prends toujours le temps, à un moment de ma semaine, pour réserver une plage horaire plus conséquente (quelques heures) pour écrire ou lire. Mais je me satisfais aussi beaucoup de ces instants volés dans ma journée.
    Parce que j’ai l’impression d’avancer et de progresser continuellement.
    Parce que je pense à mon histoire tout les jours.
    Parce qu’à la fin de la journée, je peux me dire « Tu as écris aujourd’hui » et que j’en suis heureuse.
    Parce que je fais ce que j’aime tout les jours, tout simplement !

    Voilà voilà pour mon expérience personnelle sur le sujet !
    Merci pour cet article Nine, j’attends les prochains avec beaucoup d’impatience !

  20. Hey Nine !
    Alors juste tellement heureuse que tu ouvres un autre blog, c’est le cadeau de noël pour tous tes fans ! J’ai bien aimé ton premier article ! Pour réponde oui j’ai besoin d’un certain confort, je suis le genre de fille distraite à chaque mouvement, bruit, en gros ma chambre et la bibliothèque de mon lycée ou de ma ville sont mes petits endroits fétiche pour lire, comme écrire ! Mais c’est vrai que pour l’écriture il m’arrive d’avoir une si bonne idée (tout est relatif) que je la note sur un petit carnet que j’ai toujours avec moi pour ne rien oublier. Je suis une grande flemmarde et écrire tout un chapitre sur mon tel pour devoir le réécrire sur mon ordi, me décourage un peu ! Je préfère écrire mes idées et notes quelque part et dès que j’ai mon ordi avec moi me mettre à écrire ! C’est vrai que ce serait une bonne chose pour la lecture de me défaire de mon petit confort, mais pour l’écriture cela risque d’être plus dur !
    De gros bisous ma belle, je t’adore et continue comme ça !

  21. Lire en marchant ? Je ne m’y tenterais pas
    En revanche je vais essayer d’écrire sur mon téléphone dans les transports en commun… enfin, je suis toujours gênée pour le faire parce que j’ai l’impression que les gens autour de moi vont se pencher pour lire ce que j’écris et cette idée me dérange mais j’essayerais de trouver des endroits à l’abri des regards ^^
    En tout cas l’idée de ce blog est superbe, continue ainsi!
    Bisous!

  22. Salut Nine !

    Pour ma part je n’arrive pas à écrire pendant les cours, je ne le fais qu’en vacances avec mon ordi et un carnet. Même si j’aime bien ça, pour moi écrire c’est aussi un travail et comme je suis légèrement perfectionniste, ça me prend beaucoup de temps. Donc quand j’ai besoin d’une pause, je préfère lire. Je lis depuis toute petite donc ça ne me dérange pas du tout qu’il y ait du bruit ou non, je suis juste dans ma bulle 🙂

    En tout cas merci pour cet article et ces conseils !

  23. Bonjour Nine ! J’ai trouvé ton article fort intéressant. J’ai pour ma part encore du mal à lire dans le bruit, préférant le confort et le calme, idem quand il s’agit d’écrire mes histoires. J’ai des difficultés à organiser ma pensée, mes idées si je n’ai pas le silence autour de moi. J’espère, comme toi, me libérer de ce cocon dans lequel je me suis emprisonné.

  24. Hey !
    C’est un article super intéressant 🙂
    Perso, j’apprends peu à peu à lire un peu partout (dans mon lit ou au milieu de la cour du lycée) et sur n’importe quel support (papier, Ebook, téléphone grâce à WattPad) ; mais c’est vrai qu’au début c’était assez difficile.
    Quant à écrire, non, je ne peux pas ; j’écris très peu et rarement, pour cela j’ai donc vraiment besoin de mon lit ^^

  25. Moi j’écris chez moi toujours mais j’arrive pas à écrire sur mon téléphone, ça me perturbe et il me faut toujours les écrits précédents pour faire la suite (ce que je n’ai pas sur mon tél). Mais j’ai un petit problème, j’espère que tu sauras me conseiller : à chaque fois je commence une histoire parce que j’ai un élan d’inspiration. L’élan va durer pendant quelques jours puis après, j’en ai plus et je n’arrive jamais à terminer les histoires et ça me culpabilise de pas les finir. Maintenant j’en ai 7 incomplète :(. Je t’adooore !

  26. Bonjour Nine,

    Je te suis sur youtube depuis quelques temps déjà mais je ne suis malheureusement pas très active questions commentaires ^^ » En tout cas je regarde tes vidéos avec plaisir et écrivant aussi c’est tout naturellement que je te suis par ici !

    Ton article est intéressant car personnellement je ne peux pas du tout écrire si je ne suis pas seule. Autant je peux lire avec du bruit autour et d’autres personnes dans les parages, autant pour l’écriture je ne serai pas du tout efficace. Je suis un diesel et j’ai besoin de rentrer dans le récit, ce qui est impossible si je sais qu’il y a quelqu’un dans la même pièce… et d’autant plus si cette personne peut lire par-dessus mon épaule ! Par contre, si je suis seule je peux grapiller des minutes ici ou là (merci le NaNoWriMo), genre le matin au ptit-dej, à ma pause déjeuner au boulot etc.

    Je suis épatée que tu puisses le faire aussi sur ton téléphone, moi qui galère à envoyer un texto en tactile XD Respect !

    J’ai vu dans ta dernière vidéo que le NaNo t’avait permis de sortir de ta zone de confort ce qui te permet aujourd’hui d’écrire n’importe où, alors félicitations 🙂

  27. Salut Nine !
    Tes conseils sont super, merci !
    Personnellement je ne peux pas écrire avec de la musique, mais le bruit ça ne me dérange pas trop… Pareil pour la lecture, même si le calme est quand même le meilleur confort ! ^^

  28. Super article, très intéressant! Je suis comme toi! Je préfère écrire la nuit quand tout le monde dort, mais la musique n’est pas indispensable, j’aime bien le bruit du silence. Tous les vendredis et samedis soir je me pose sur mon canapé pour écrire au moins trois heures! Il m’arrive de ne pas sentir le temps qui passe et de me coucher à pas d’heure, tellement je suis prise par mon histoire. Mais j’ai également pris l’habitude d’écrire sur mon téléphone ou sur des bouts de papier qui traînent dans mon sac. Quand j’ai une idée (même en plein cours),je me sens obliger de griffonner deux trois mots pour m’en souvenir. Pour ce qui est de la lecture, rien de mieux qu’un roman sur papier, même si je lis de plus en plus sur mon téléphone dans le métro. Je suis très souvent sur WattPad, d’ailleurs j’attends avec impatience la suite du Pacte Sanguinaire !)

    1. Ravie que l’article te plaise ! J’écris beaucoup moins souvent sur un bout de papier de peur de le perdre, alors que sur le téléphone je sais que ça ne risque pas d’arriver. Mais je rêve d’un carnet rempli de note pour mon histoire 😀 Merci pour ton commentaire, et j’espère que la suite du Pacte Sanguinaire te plaira ^^

  29. Bonjour!

    Sache que oui, au début il me fallait absolument mon petit rituel pour écrire. Je ne pouvais pas écrire dans le bruit, dans les lieux peuplés etc… Hier je me suis plongé dans ton article est j’ai médité ce que tu as dit. Et puis j’ai pris mon portable est j’ai essayé d’écrire la suite de mon histoire et à ma grande surprise j’ai eu une infinité d’idée et j’ai pu progresser beaucoup plus que lorsque j’écris sur l’ordinateur. Du coup, je me devais de te le dire, car c’est grâce à toi et à ton article. Donc merci.

    Par contre j’aurais une question. Est-ce que le faite d’écrire sur un portable ça ne te dérange pas pour ce qui est de la vitesse ? Parce que personnellement j’écris plutôt vite sur ordinateur et le faite que je ne peux ne pas utiliser mes dix doigts sur mon portable me perturbe un peu pour l’instant ^^ mais je pense que j’arriverai à m’habituer.

    En tout cas, merci pour tes vidéos écritures qui sont un vrai plaisir pour moi, et maintenant ce blog dont je vais être complétement addictive je pense.

    Bonne année à toi et bonne continuation !
    Virginie Xx

    1. Hello Virginie,

      Ton commentaire me fait tellement plaisir, je suis super ravie que mon article t’ait apporté quelque chose !

      Alors en effet, j’écris beaucoup moins vite sur le téléphone, surtout que j’ai une vitesse de frappe assez importante sur l’ordinateur, mais au moins en écrivant moins vite, j’ai plus le temps de penser ce que j’écris, donc c’est un mal pour un bien

      Bisous xX

  30. Bonjour Nine,
    Déjà, j’adore ta chaine Booktube. Le pacte sanguinaire est vraiment trop bien. Un super livre…
    Moi, je commence à écrire. C’est vrai que c’est plus facile d’écrire seule dans le noir avec de la musique. Je suis au collège. Alors je ne peux pas lire (pas de place pour le livre dans le sac),j’écris un peu quelque idée pour mon romans mais c’est rare. Je n’arrive pas à écrire. Pourquoi? Je ne sais vraiment pas. Pourtant, mes idées, je les trouve souvent en cours mais je les note toujours chez moi sur mon ordinateur. Si non, je trouve que ce blog est une super bonne idée. J’ai hâte d’avoir le prochain article à lire!!!
    Margaux

  31. Qu’est-ce que je t’envie! Personnellement je n’y arrive pas. Il me faut tout un rituel pour écrire, je n’imagine pas encore le faire en public! J’y travaille déjà pour la lecture : dans les transports en communs, entre deux cours… mais j’ai beaucoup de mal avec l’écriture. En fait j’ai un peu peur qu’on voit ce que j’écris! Au début c’est toujours très personnel… C’est mon objectif de cette année, aller dans un café et lire ou écrire sans me soucier du reste!

  32. Hello Nine!
    Alors pendant plus de 2 ans je n’ai rien écrit parce que comme toi et beaucoup d’autres j’espère, j’avais besoin d’une ambiance particulière ( seule, dans ma chambre et sans internet ou objet à ma portée parce que je me déconcentre en un rien de temps ). Puis petit à petit, je me suis dit qu’il fallait que je m’y mette et curieusement l’endroit où je me trouve être le plus à l’aise pour écrire c’est en cours. Et dans le métro, des notes, des idées sur mon téléphone! Je sais que tu écris avec de la musique, j’adore ! Je fais ça aussi, mais j’écoute beaucoup de musiques épiques, de films tout ça, tu devrais peut-être en essayer quelques une, je trouve que c’est vraiment La meilleure musique pour écrire à chaque fois j’ai des frissons et des images plein la tête !
    En tout cas, très bon article! Il était très intéressant! Bisous!